Archives par mot-clé : branding

5 astuces pour optimiser le SMO

Le SEO est une méthode de référencement à travailler dans toute stratégie de marketing web, tout comme le SEA, et bien entendu aussi le SMO. SMO veut dire Social Media Optimization (qui est d’ailleurs l’essence même de ce blog) c’est un ensemble de techniques pour amener des lecteurs sur des contenus de site web et ce grâce à la promotion de ces liens par les médias sociaux. (voir notre descriptif SMO et référencement : quézako ? )

Ce sont des méthodes intéressantes pour améliorer la visibilité et elles sont très complémentaires avec le SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche). Ce sont deux leviers marketing qui doivent être pratiqués main dans la main.

Que ce soit en terme de visibilité ou d’acquisition de trafic il y a quelques astuces à mettre en place par les entreprises en matière de SMO :

Favoriser le partage des contenus

C’est assez basique mais terriblement efficace ! Nous voulons parler ici des boutons de partage sur les réseaux, ils doivent être facilement accessibles pour partager les contenus, sans cela il sera très fastidieux de les repartager. Il en résultera finalement que très peu de partage sur les plateformes sociales (moins nombreux en tout cas), donc à méditer de suite …

Ne pas négliger les hashtags

Les hashtags (les bons) vont favoriser le référencement des publications. Ils améliorent donc la visibilité de ces dernières et des comptes, bien les exploiter augmentent les chances de retweets, partages et de bien remonter sur des sujets tendances etc…. Pour bien les utiliser et les optimiser on peut se référer à notre article Gérer ses hashtags sur les réseaux sociaux

Commenter sur les réseaux sociaux et participer

Une chose importante dans la stratégie SMO c’est de participer aux conversations sur les médias sociaux via des sujets connexes à sa spécialité. D’une part cela renforce l’expertise de l’entreprise et d’autre part la notoriété s’en ressent. Bien entendu il est nécessaire d’apporter de la pertinence, et de la crédibilité à vos propos.

On oublie pas l’outil Scoopit !

Scoopit à l’origine est une plateforme de curation de contenu. Les scoops (dans les topics) sont très bien référencés avec l’aide des commentaires et insight. De plus le partage sur les médias sociaux se réalise très facilement depuis Scoopit…

L’UGC est une technique intéressante à introduire pour améliorer le SMO

Le processus de co-création, est assez simple à mettre en phase, et il est toujours plus facile de penser avec ses utilisateurs à des contenus vidéos, images etc… C’est ce que l’on appelle le User Generated Content, le contenu est par exemple produit par les visiteurs et/ou utilisateurs sur les espaces à vocation communautaire comme les réseaux sociaux.

Les médias sociaux sont efficaces certes, mais ne doivent être les seuls leviers marketing, ils ne suffisent pas dans une stratégie globale, les autres leviers doivent être exploités.

 

Etablir son plan sur les Médias Sociaux en 5 étapes

Vous et votre entreprise, avant de vous lancer sur les médias sociaux avez besoin d’un plan de bataille. Absolument un vrai plan, une vraie stratégie, vous l’aurez compris on ne se lance pas à l’aveuglette, en disant on verra bien. Ce sont ces étapes en amont qui sont cruciales et qui vont déterminer le succès de votre stratège digital.

Il y a 5 étapes pour bien mettre en phase les différents éléments, ce sont les phases successives qu’il faudra bien lancer.

Etablir son plan sur les Médias Sociaux en 5 étapes

1) De quel ordre sont les objectifs ?

Il peut s’agir de divers objectifs qui portent sur :

  • Vendre des produits ou services et/ou acquérir de nouveaux marchés,
  • Créer du trafic vers votre blog ou site,
  • L’image de marque et la notoriété,
  • L’engagement  avec vos abonnés,

2) Connaître son audience et sa cible

  • Votre cible est sur quel réseau ? Vous devez savoir précisément sur quelle plateforme participer activement pour mettre vos plans d’actions en marche,
  • Et donc ou allez-vous publier ?
  • Connaissez-vous vos cibles et les centres d’intérêts de vos audiences ?

3) Déterminer sa thématique phare avec la ligne directrice

  • Quels types de contenus vont être à publier ? Quel sera le format ?
  • Quelle sera la fréquence de vos publications, faîtes aussi des tests à des heures différentes de la semaine,
  • Il est important de varier les contenus et choisissez vos sujets de conversations avec soin. Et surtout donnez de l’information utile sur vos expertises principales (et ainsi asseoir votre expertise).

4) Définir les différents KPI (indicateurs clés)

Quels vont être les indicateurs clés qui vous serviront à mesurer et analyser les résultats ?

  • Le reach des publications (la portée),
  • Le volume des publications,
  • Le nombre de clics,

Il y en a d’autres …

Ceci est très important, sans cela il ne sera pas possible de mesurer l’impact de vos campagnes médias sociaux.

5) Mesurer et analyser les résultats

  • C’est à cet instant que vous saurez si les objectifs sont atteints Bien entendu pour y parvenir mettez les bons outils en place (Google Analytics, Sprout Social, SEM Rush … ). L’interprétation des résultats se fait via des rapports. Par exemple il y a une réelle pertinence de savoir par ou votre audience arrive (réseaux sociaux, recherche google …)

Les pistes pour mesurer ses retombées RP digitales

Lancer des campagnes de RP digitales est un challenge permanent pour une marque, mais en mesurer les retombées en est un autre, et d’autant plus important. Nous avons d’ailleurs, il y a peu de temps, évoqué cet aspect-là dans un article 6 éléments de base pour mener vos RP digitales

Quelques pistes pour recenser les retombées ?

Les actions doivent donc être mesurées : Le mieux est de faire une analyse aussi bien qualitative que quantitative. Quels sont les sites qui parlent de vous ? Quelle est l’audience procurée ? Voici ce qu’il faut prendre en compte dans le cheminement :

Les retours, les commentaires et les critiques : Tout cela sera analysés. Quel est le sentiment général qu’il s’en dégage ?

Votre exposition : Il faut savoir identifier la communauté du blogueur ou site qui produit votre article, ou qui parle de vous. Vous mesurerez aussi les résultats des autres communautés vous concernant.

Votre écho : Il s’agit de la capacité à interagir dans les communautés, et ainsi générer des réactions. On peut appeler ceci aussi la résonance des interactions.

Sur les réseaux sociaux plus précisément : Portez vos analyses sur Twitter, et surtout sur le nombre de retweets des influenceurs qui vous ont mentionné.

S’il s’agit d’une activité de vente de services ou de produits ? : Dans la mesure des retombées il est essentiel de savoir si le business évolue positivement. Vos ventes ont augmentées ? Avez-vous eu des demandes entrantes ? (leads).

Votre e-réputation est-elle maîtrisée ? : C’est aussi un peu le but, est-ce que cette campagne RP a eu une influence sur votre e-réputation ? C’est aussi un indice de mesure qu’il est bon de contrôler. Ces liens qui vous mentionnent sur des sites thématiques sont de bons alliés pour votre réputation en ligne (ou mauvais si ce n’est pas géré correctement).

Toutes ces questions permettront d’être plus à l’aise dans la mesure et la bonne lecture de vos indicateurs lors de vos campagnes RP digitales.

 

 

Instagram toujours en vogue ?

Instragram appartient à Facebook depuis 2012 et s’est imposé comme une valeur sûre dans le paysage Social Media Mondial. Avec ses 500 millions d’utilisateurs actifs*, les marques de peuvent plus ignorer cet outil bien sympathique depuis quelques années.

Un engouement palpable

Pourquoi cet engouement? Parce que l’instantanéité en est la clé, et les marques ont bien palpé cette notion d’immédiateté. Elles ont bien compris les opportunités et ont pu en entrevoir les possibilités.

Depuis un bon moment le niveau d’engagement est important et souvent au-dessus des moyennes des autres réseaux.

Des chiffres mitigés ?

Cependant le réseau a enregistré des baisses non négligeable depuis quelques temps. C’est ce que nous montre une étude de Locowise* en avril dernier, en effet :

  • L’engagement global est de 1,04%, c’est à dire une baisse de 5,45%
  • +0,16% pour la croissance des followers, mais cela représente une baisse de 50% par rapport à Mars 2015 (1 an environ).

Le point positif est la vidéo ; son usage a augmenté de 40% au cours des 6 derniers mois.
Cette donnée illustre bien la tendance actuelle, les photos et les vidéos permettent de susciter l’engagement plus que les statuts en texte seul. Mais la photo reste devant et engage davantage les utilisateurs (1,07% contre 0,81% pour la vidéo).

Les influenceurs en ligne de mire

Les utilisateurs professionnels ont bien compris les enjeux et n’hésitent pas à tenter de rentrer en contact avec les autres marques en les taguant par exemple.

Les Instagrammeurs deviennent aussi peu à peu des ambasseurs / influenceurs pour les diverses entités. Nous ne sommes plus simplement dans la photographie d’un produit mais rentrons dans l’affect, et le jeu est de susciter l’émotion en mode storytelling et d’attirer l’audience.

Malgré ces résultats en demi-teinte Instragram reste une opportunité pour les annonceurs et marques. L’évolution est à suivre de près, dans ce monde numérique tout va très vite d’autres acteurs peuvent éventuellement apparaître pour modifier la donne.

*Source Instagram
*Source Locowise

Instagram toujours en vogue ?

Linkedin : 5 erreurs à éviter

Développer son réseautage social sur Linkedin est souvent de nos jours une préoccupation quasi omniprésente pour les entrepreneurs et les marketeurs connectés.

Linkedin est une plateforme de réseautage très efficace pour le développement professionnel, en revanche certaines erreurs ne passent pas inaperçues. En toute simplicité, voici quelques petites choses à éviter et même à proscrire.

  • Ne pas insérer de photo de profil : Il s’agit d’un élément capital, un profil avec photo a sept fois plus de chance d’être consulté qu’un profil sans photo. La question ne se pose même pas, c’est une affaire de visibilité, il y a de grandes probabilités que l’on zappe votre profil si vous oubliez cet élément.
  • Insérer une photo de profil pas adaptée : Effectivement comme évoqué plus haut il ne faut pas faire l’erreur de laisser son profil sans photo oui, mais pas n’importe quoi. Les photos de famille, de vacances, un logo sont à proscrire, vous engagez votre crédibilité et votre image. Montrez-vous sous votre meilleur jour, il faut faire bonne impression et être professionnel.
  • Ne pas partager : Vos statuts sont vierges, vous ne partagez rien, Linkedin vous donne la possibilité tout de même de partager des articles et photos. C’est très bien d’être présent en observateur, de s’informer, mais n’oubliez pas d’être proactif et de partager quelques statuts. Cela peut-être aussi des questions ouvertes que vous posez à la communauté, afin d’engager la conversation par exemple.
  • Un résumé vierge et inexistant : Le résumé de votre profil est vide, on ne sait absolument pas quoi en penser finalement et on ne comprend pas précisément ce que vous faîtes, c’est bien dommage. Votre rédaction devra être concise, remplissez avec soin, c’est votre vitrine, on pourrait comparer cela un peu comme une bande annonce d’un film.
  • Poster des articles et photos en dehors du cadre professionnel : Evitez si possible de poster des photos de votre nouvelle voiture, ou encore vos photos de vacances. Encore une fois on ne vous prendra pas au sérieux, vous êtes sur Linkedin un réseau social pro, pas sur votre compte perso Facebook ou Instagram.

Ces quelques recommandations, on l’espère, vous aideront à bien animer votre profil.

Linkedin_5 erreurs_à_éviter